L’Outsider de Stephen King

Le nouveau King est sorti! Une chronique s’impose, non?

IMG_20190201_165331_200.jpg

genre : policier

Année de publication originale : 2019

Pourquoi j’ai choisi ce livre / cet auteur ?

Je vais faire court et simple : Stephen King est mon auteur préféré et Outsider est le dernier roman qui vient de paraître en France. Je l’ai bien entendu acheté le jour de sa sortie, comme tout fan qui se respecte !

Résumé (sans spoil)

Flint city, petite bourgade tranquille. Tout bascule le jour où l’on retrouve dans le parc le corps d’un garçon tué de la manière la plus atroce. Tout accuse Terry Maitland, enseignant et coach de base-ball apprécié de tous : preuves médico-légales et témoins. Aucun doute possible. Et pourtant, les preuves de son innocence sont tout aussi irréfutables.

Qui ment ? Que s’est-il réellement passé ? Et si le coupable n’était pas celui qu’on croit?

Mon avis

Stephen King a choisi comme point de départ un meurtre d’enfant particulièrement immonde. Il ne se privera d’ailleurs pas de nous apporter à plusieurs reprises force détails dont franchement on se passerait bien (je ne détaille pas. Vraiment, vous ne voulez pas savoir…). Mais on sent, malgré la gêne que cela suscite en nous, que ce n’est pas gratuit, qu’il ne s’agit pas d’une répétition obscène dans l’unique but de choquer. King veut faire appel à la part obscure et animale qui sommeille en chacun de nous, et qui cherchera à invoquer la loi du talion. Celle qui nous amènera à agir avec notre instinct primitif et non notre raison. Cela renforcera notre dilemme envers Terry : est-il coupable malgré les preuves de son innocence ? Est-il innocent malgré les preuves de sa culpabilité ?

Les nerfs du lecteur vont être mis à rude épreuve, car dès le départ on nous présente Terry comme celui que tout accuse, et je ne parle pas d’intime conviction, comme on peut souvent le voir dans les films ou livres sur le thème de l’erreur (avérée ou non) judiciaire. Non, ici les preuves scientifiques, les témoignages sont présentés dès le départ. Malgré cela, même l’inspecteur Ralph Anderson chargé de l’enquête, pourtant si déterminé lors de l’arrestation, sera troublé par le comportement du suspect et n’aura de cesser de douter. A partir de là, on s’interroge sur la suite : machination, manipulation ?

Toujours dans l’idée de troubler le lecteur, et par là même l’empêcher de se forger une conviction, King propose des personnages somme toute assez ordinaires, et évite les clichés. Pas de flic stupide et incompétent, pas de héros, pas d’avocat véreux et cynique. L’exception, à mon sens, est le procureur Samuels, présenté comme un arriviste désireux de faire le boulot vite et bien, et plus soucieux de sa carrière au fil des événements qu’à la recherche de la vérité. Cela participe à nous troubler, voire à éviter de ressentir de la sympathie envers ceux qui semblent représenter l’Ordre, et donc en théorie le bien.

Bien entendu, nous sommes chez King, et L’Outsider ne se résume pas à un roman policier. Simplement je choisis de ne pas en dire plus pour vous préserver les surprises que le maître de l’épouvante nous réserve.

Pour finir, je noterai un petit passage assez amusant (il n’y en a pas tant que ça, profitons-en !) qui met en abyme une partie de l’intrigue de l’Outsider, par le biais de la question de Terry à Harlan Coben : « lorsque vous vous installez à votre table de travail, savez-vous toujours qui est le coupable, ou bien êtes-vous surpris ? ». On peut voir dans cette interrogation à la fois le dilemme du livre, en même temps qu’une petite réflexion sur le travail d’écriture.

Je conclus en vous disant que L’Outsider est un roman au style efficace, qui se lit… pardon se dévore en un rien de temps. Il ne fait pas partie de mes King préférés, mais il nous montre qu’on peut être prolifique et continuer à proposer des romans d’une grande qualité.

Mon personnage préféré

Mon choix se porte sur Ralph Anderson, le flic qui supervisera l’arrestation de Terry. J’ai beaucoup aimé les nuances apportées à ce personnage. Il sera tantôt guidé par son devoir, en remettant en question ses certitudes quant à la culpabilité du meurtrier désigné, malgré toutes les preuves qui l’accusent, tantôt terriblement humain face au meurtre horrible d’un enfant et son envie d’en découdre avec celui que tout accuse.

Un passage qui m’a marqué

J’ai été touchée par la scène qui se déroule après l’enterrement du jeune garçon supplicié. Lorsque les derniers convives partent et laissent la famille en plein désarroi face à cette situation injuste et irréelle. Ce passage m’évoque d’ailleurs une scène un peu similaire de Salem, du même auteur, qui m’avait fortement pris aux tripes. La mort d’un enfant est révoltante et King ne nous épargne pas. Il s’agit d’ailleurs d’un de ses thèmes de prédilection : l’enfance sacrifiée par un monde d’adultes cruel et sans pitié.

Une citation

« S’il avait été suffisamment détraqué et malfaisant pour se livrer à un acte aussi obscène sur un enfant, il serait comme un animal pris au piège, désespéré et rusé, prêt à dire n’importe quoi pour s’échapper. Vraiment ? Comment pouvait-il savoir ce que pensait ou ressentait un tel individu ? Autant essayer de deviner ce qu’il y avait dans la tête d’un extraterrestre. »

Le saviez-vous ? Par Club Stephen King

Attention, spoils dans les liens de la rubrique. A vous de voir!

– Stephen King a évoqué les origines du livre « L’outsider » dans un message de fin d’année. L’histoire lui a été inspiré par deux histoires auxquels King n’a pas arrêté de penser : « William Wilson », une nouvelle d’Edgar Allan Poe, et « Lusitania 1915 » d’Eric Larson. Chacune de ces textes mettent en scène des doppelganger, des doubles. Repensant à ces histoires, King s’est mis à se demander ce qu’il se passerait si un homme apprécié d’une communauté, un pilier de la ville était accusé d’un horrible crime. Si vous voulez plus d’informations : https://club-stephenking.fr/stephenking-origines-livre-outsider

– Le livre fut à peine publié qu’un projet d’adaptation en série était dévoilé. Et c’est bien plus qu’un projet pour la chaine HBO (Game of Thrones) puisqu’un casting a d’ores et déjà été révélé. https://club-stephenking.fr/outsider-serie-casting

Bonus

Pour les bonus, je fais le choix de retenir le thème « Coupable ou non coupable ». Il y en aurait d’autres, mais impossible de les évoquer sans spoiler le roman.

Question littérature, je vous propose L’accusé de John Grisham. « Ce matin de décembre 1982, la jeune Debbie Carter gît, étranglée et violée, au pied de son lit défait. La nouvelle pétrifie la petite ville d’Aria, perdue au cœur de l’Oklahoma. Bientôt la fièvre s’empare des services de police, jusqu’au délire. Comment expliquer que Glen Gore, dernière personne à avoir vu la victime vivante, n’ait pas été soupçonné ? Pire : comment accorder du crédit à sa seule version des faits ? Un innocent, Ron Willianson, va pâtir de ces grossières erreurs. Certes, son profil ne plaide pas en sa faveur : ancienne gloire locale du base-ball, alcoolique, dragueur invétéré et dépressif chronique, il fait un coupable idéal. ». Une histoire d ‘erreurs judiciaires, tirée de faits et de personnages réels, racontée par un ancien avocat (qui donc connaît son sujet), des méthodes policières peu avouables, avec en toile de fond un sujet controversé, la peine de mort aux Etats-Unis .

L_Accuse

Puisqu’il est évoqué dans l’Outsider, il serait dommage d’élaborer cette rubrique sans vous proposer un roman d’Harlan Coben ! De plus, son roman Faute de preuves colle parfaitement au thème : « Journaliste dans une émission de télé-réalité, Wendy piège en direct les prédateurs sexuels. En 1er, Dan Mercer, éducateur pour adolescentes : tout l’accable et on le soupçonne de meurtre. Mais les preuves font défaut. Wendy sent que quelque chose ne tourne pas rond. Et si elle était manipulée ? Si Dan était innocent ? Elle se penche sur le passé de Dan, ses années d’étudiant à Princeton, ses 4 amis inséparables avec lesquels il a tout partagé, même le pire. Secrets, disparitions, complots, cabales sur le net, confréries malfaisantes, vengeance : un concentré d’adrénaline.». Ce livre se dévore, je vous le recommande vivement !

61tyxHtHxQL

Je vous propose également le très bon Contre-enquête, film policier français de Franck Mancuso sorti en 2007 : « Malinowski, Capitaine à la Crim’, a l’habitude d’être confronté aux faits-divers les plus durs. Mais lorsque sa propre fille est assassinée, tout bascule. Bouleversés par sa détresse, ses collègues mènent l’enquête au pas de charge et un suspect est bientôt arrêté, puis condamné. Du fond de sa cellule, celui que tout semble accuser clame son innocence et décide d’écrire à Malinowski. Et s’il était innocent ? Face à la douleur du père qui a obtenu justice, le doute du flic s’installe peu à peu. Pour Malinowski, une contre-enquête solitaire commence… ». On y retrouve un Jean Dujardin excellent dans un rôle à contre-emploi, on s’interroge et on doute tout le long du film avec lui.

Contre_Enquete

6 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Tomhas dit :

    Un article toujours aussi bien construit et qui me donne encore plus envie de découvrir ce nouveau roman XD
    J’ai pensé à L’accusé quand je lisais ton article *connexion* c’est un livre qui fait froid dans le dos … mais auquel je n’ai pas réellement accroché étrangement.

    Aimé par 1 personne

  2. tomabooks dit :

    Encore une très bonne chronique et une autre approche de ce que j’ai pu voir jusqu’à lors ! 🙂
    J’aime aussi beaucoup les connexions. Ça donne une autre vie à l’article 😋

    Aimé par 1 personne

    1. La p'tite Isa dit :

      Je pense que pour avoir lu aussi le livre tu as pu voir toute la difficulté de ne pas spoiler 😅. Merci pour ton avis 😘

      J'aime

      1. tomabooks dit :

        Je confirme c’est assez compliqué de ne rien dévoiler de l’intrigue… Mais c’est aussi comme ça pour les romans plus anciens. C’est tout un art de réussir à donner envie aux personnes de lire un livre et tu le fais très bien 😉

        Aimé par 1 personne

  3. Très belle chronique qui foisonne de références que j’adore particulièrement (Grisham, Coben…)

    J'aime

    1. La p'tite Isa dit :

      Désolée pour le délai de réponse. Merci pour ton message, contente que ça t’ait plu.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s