Fin de ronde de Stephen King

Bill Hodges reprend du service, pour notre plus grand plaisir!

IMG_20190305_092809_285.jpg

Genre : polar

Année de publication originale : 2016

Pourquoi j’ai choisi ce livre / cet auteur ?

J’ai lu les deux premiers tomes de la trilogie Bill Hodges il y déjà un moment, puisqu’ils sont sortis respectivement en France en janvier et juin 2015 (merci papa de me les avoir prêtés). Mais on me les a offerts en poche au Noël 2017, du coup j’attendais la sortie de la version poche de Fin de ronde le 6 février 2019 pour avoir les tomes assortis (maniaquerie, quand tu nous tiens…). Si vous voulez savoir pourquoi j’ai choisi de lire un livre de Stephen King, c’est que vous êtes arrivés sur mon blog par erreur !

Dans les épisodes précédents…

Vous le comprendrez aisément, impossible de vous proposer une chronique de ce livre sans spoiler Mr Mercedes (ce que je vais essayer d’éviter au maximum), le 1er volume de la trilogie. Autant on peut passer Carnets noirs sous silence sans mal, autant il est impossible d’esquiver Mr Mercedes, Fin de ronde reprenant les événements de celui-ci.

Si vous n’avez pas lu Mr Mercedes, ne lisez pas Fin de ronde avant. Les événements qui ont eu lieu dans le 1er sont relatés dans celui-ci, de sorte qu’on en reconstitue facilement le puzzle, mais c’est dommage de passer à côté.

A titre personnel je n’en ai pas fait de chronique, puisque je l’ai lu bien avant de créer mon blog. Plutôt que de vous en proposer un résumé, dans le cas bien évidemment où vous ne l’auriez pas lu et que vous ne souhaitez pas le faire, je vous engage à aller lire ces chroniques du 1er tome de la trilogie.

https://unlecteuranonyme.wordpress.com/2018/08/13/mr-mercedes-stephen-king/

http://etemporel.blogspot.com/2015/05/mr-mercedes-de-stephen-king.html

Résumé (sans spoil)

Un an après que Brady Hartsfield ait fait échouer sa tentative de perpétrer un deuxième meurtre de masse dans la communauté de Bridgton, dans l’Ohio, il se trouve dans un état végétatif. Le détective à la retraite Bill Hodges et Holly Gibney souhaitent ouvrir leur agence d’investigation privée. Mais lorsque des événements inexplicables commencent à toucher le personnel soignant de l’hôpital où est hospitalisé Brady, Hodges se demande si ce dernier n’en est pas le responsable…

Mon avis

On avait quitté Brady dans un état végétatif suite aux coups bien placés de Holly qui avait ainsi empêché un deuxième meurtre de masse. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il a la rancune tenace. Mais il ne s’agit pas ici d’une banale histoire de vengeance, bien sûr que non. On retrouve un esprit dérangé, qui n’a de cesse de répandre le mal dès que l’occasion lui en donnée, quelle que soit la forme qu’elle prend.

Deux courses contre la montre sont engagées : la première consiste à empêcher Brady Hartsfield de sévir et de faire des victimes. La deuxième consiste pour Bill Hodges à vivre suffisamment longtemps pour enrayer la première. Quelle en sera l’issue ? Stephen King reste un maître quand il s’agit de ménager le suspense. Et cette fois, contrairement à sa grande manie (les fans de l’auteur acquiesceront sans nul doute), il n’annonce pas les mauvaises nouvelles, il les laisse nous tomber dessus. Et c’est efficace !

On retrouve avec grand plaisir Bill et Holly, leur duo pourtant mal assorti se complète parfaitement, comme il est d’usage pour tous les duos mal assortis. Les deux fils de l’intrigue s’entremêlent habilement, nos héros ne s’arrêtent pas aux coups du sort et agissent.

Je regrette que les personnages secondaires aient été moins développés pour ce volume : hors Bill, Holly et Brady, peu de personnages retiendront notre attention (Z boy et Dr Z restant un peu à part, pour des raisons que je n’expliciterai pas ici pour ne pas spoiler). J’avais aimé justement l’attention portée par l’auteur à faire graviter un certain nombre de personnages de 2nd plan mais non de 2nde zone, ce qui aurait été appréciable de retrouver dans ce tome.

Stephen King a tenu 2 volumes sans introduire d’aspect surnaturel, celui qu’on retrouve (et qu’on adore) dans la majeure partie de son œuvre. S’il le fait ici, le lecteur ne perd jamais de vue qu’il s’agit avant tout d’une intrigue policière. On oublie bien vite cet aspect fantastique et on l’assimile même comme quelque chose de tout à fait plausible et normal.

Un petit bémol, à mon sens, en ce qui concerne la narration : King prend un malin plaisir à essayer de brouiller les pistes en opérant des allers-retours dans le fil chronologique. Lorsqu’il effectue un flash-back, les évènements peuvent avoir eu lieu avant ceux du précédent. L’auteur ne dévoile pas toutes ses cartes d’un coup, et il continue de nous tenir en haleine. Pour autant, je trouve qu’on peut s’embrouiller un peu et avoir parfois du mal à reconstituer le fil. De plus, les évènements relatés permettent certes d’avoir toutes les cartes en main, mais au moment de la lecture on en a déjà deviné une bonne partie. Du coup, j’ai eu parfois l’impression que le fil était étiré plus que de raison. Pas d’ennui bien sûr, mais un sentiment diffus de répétition inutile.

Pour finir, je dirai que Stephen King nous propose une fin de trilogie tout à fait réjouissante, d’autant que Brady Hartsfield fait partie de ces méchants qu’on adore détester. Quand il s’essaie au polar, il le fait avec un certain brio, en nous embarquant dans des aventures inquiétantes et passionnantes, en compagnie de personnages attachants et peu conventionnels.

Mon personnage préféré

Je sais qu’Holly Gibney est très appréciée des fans, mais je penche plutôt pour Bill Hodges. Je trouve intéressant que King ait choisi un policier à la retraite (peu conventionnel) effectuant à ses heures des activités de détective privé (ok, plus conventionnel pour le coup), donc un anti-héros, à la santé défaillante. La relation particulière, inclassable, qu’il entretient avec Holly est très équilibrée, et fait ressortir le tempérament impulsif mais protecteur du personnage.

Un passage qui m’a marqué

Pour ressentir le frisson qui m’a parcouru, il faut avoir lu Mr Mercedes, a minima le premier chapitre. Celui-ci se finissait sur le premier fait d’armes de Brady, qui avait foncé à l’aube en Mercedes sur une foule de chômeurs venus tenter leur chance dans une foire à l’emploi. Le premier chapitre de Fin de ronde fait directement écho à cette scène mais à travers le prisme de protagonistes extérieurs. Dès le début du roman on entre dans l’horreur, on revit cette scène affreuse qui m’a glacée. Du coup, je le redis : lisez Mr Mercedes !

Une citation

« Il est persuadé que des milliers de suicides ont incubé dans la soupe puissante de ses réseaux sociaux où les trolls galopent sans frein et les injures volent sans trêve. C’est ça le vrai pouvoir de l’esprit sur la matière. »

Bonus

Fin de ronde, et la trilogie Mr Mercedes, fait l’objet d’une adaptation sous forme de série télévisée. Les tomes 1 et 3 se suivant, Carnets noirs étant à part, il était logique qu’ils soient le sujet des saisons 1 et 2. Mr Mercedes est une série télévisée américaine créée par David E. Kelley, et diffusée depuis le 9 août 2017 sur Audience Network. En Belgique, la série est diffusée depuis le 3 septembre 2018 sur Be 13. Au Québec, l’intégralité de la première saison est disponible depuis le 25 octobre 2018 sur la plateforme Club Illico4. Cependant, elle reste inédite dans tous les autres pays francophones. Le doublage de la première saison a été réalisé courant avril 2018.

1e659d1d8d99126f33125602052ed7b9-365x330

Si le thème des pouvoirs mentaux utilisés à des fins malveillantes vous intéresse, je ne peux que vous recommander de lire ma chronique consacrée à L’échiquier du mal de Dan Simmons (lien ici) et surtout de le lire !

Chez Stephen King, le thème des pouvoirs mentaux est assez récurrent. Constat : ils ne mènent que rarement à des choses positives (en même temps, on ne cherche pas les contes de fées quand on lit cet auteur). Si ce thème vous intéresse, je vous conseille donc la lecture de Carrie, Charlie, Shining (et sa suite Docteur Sleep) dans une moindre mesure, et surtout Dead zone. Il s’agit de l’un de ses premiers romans, et à mon sens parmi les meilleurs. « John Smith, comme son nom l’indique, est un type banal. Jusqu’à ce qu’un accident de voiture le plonge dans un coma profond. Quand il revient enfin à lui, il est en apparence le même. Mais il a ramené quelque chose de la zone morte où il gisait pendant tant de mois ; un don de prémonition qui le mettra vite devant un terrible dilemme. Pour préserver le monde d’un mal inéluctable, devra-t-il tuer l’homme en passe de devenir le prochain président des États-Unis ? ». Une excellente adaptation cinématographique réalisée par David Cronenberg est sortie en 1983, l’interprétation de Christopher Walken est bluffante. C’est un livre qu’il faut avoir lu et un film qu’il faut avoir vu.

20190305_095005

D’ailleurs, puisqu’on parle de David Cronenberg, la transition est toute trouvée pour vous proposer son film Scanners, sorti en 1981 : « Cameron Vale est un «scanner» : il est capable d’agir sur le psychisme de ses congénères et, ainsi, de les tuer à distance. Enlevé par les agents de la Consec, une mystérieuse organisation, il est confié au docteur Paul Ruth, qui veut l’utiliser pour neutraliser un groupe de scanners commandé par le sinistre Darryl Revok.».

18672165.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Un conseil de lecture dans la chronologie des livres de King (SPOIL)

Ce n’est pas un gros spoil, mais n’ayant pas lu les King dans l’ordre de leur publication, j’ai eu la mauvaise surprise de me faire spoiler par une précédente lecture. Cela n’a pas gâché ma lecture, bien évidemment, mais pour le coup un lecteur averti en vaut deux.

Vous êtes prêt ?

Vous êtes sûrs ?

Ne lisez pas Fin de ronde après The Outsider. Voilà, je n’en dis pas plus.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s