[Book review] Après l’effondrement – Dernier départ de Christophe Martinolli

Une comète va percuter la Terre en 2101. Soyez prêts!

20191112_090246

Genre : science-fiction, post-apocalyptique

Année de publication originale : 2019

De quoi ça parle :

 » 2101 Une comète va annihiler la vie sur Terre.
A l’extérieur de la base de lancement, dans ce qu’il reste de la France, la civilisation s’est déjà effondrée depuis cinquante ans et seuls quelques élus pourront fuir la planète vers un aller sans retour.
Convaincue qu’elle pourra aider à reconstruire l’humanité après l’impact, Aelys s’enfuit. Sa famille n’a que trente-huit heures pour la retrouver avant le dernier départ. »

Ce que j’en ai pensé :

L’auto-édition souffre encore et toujours de préjugés, notamment en termes de qualité. Il est vrai que quelques histoires ne sont pas ce qu’on peut appeler des romans inoubliables (ou dans le mauvais sens du terme). Mais il y a également des petites pépites, comme celle que je vous présente ici.

Un roman indépendant de science-fiction, on pourrait redouter que ça parte un peu dans tous les sens, au fi de la vraisemblance. Et non, ce n’est pas antinomique! Combien de films de Sci-Fi avons-nous vus, excellents au demeurant mais pour lesquels il ne faut pas être trop regardant d’un point de vue scientifique? Hé bien ici, il faut admettre que tout se tient, on se projette dans ce monde futuriste de 100 ans devant nous. D’ailleurs l’auteur annonce dès le début de son roman qu’il s’est documenté, ça s’en ressent dans la lecture et c’est particulièrement appréciable.

En ce qui concerne l’histoire elle-même, l’auteur ménage le suspense en menant de front deux axes différents : l’un se déroule peu de temps avant l’arrivée de la comète, l’autre directement dans une arche humaine plus tard, bien plus tard. Et évidemment l’un des protagonistes principaux de la première timeline qui est parvenu à intégrer l’arche est amnésique, ce qui laisse également le lecteur dans le brouillard sur les événements survenus avant le décollage de l’arche. Le fait de situer l’action peu avant le départ de l’arche amène une urgence et un suspense qui m’ont amenés à tout simplement dévorer ce livre.

Le postulat de départ est un classique de la SF : une comète viendra percuter la Terre et provoquer l’extinction de l’humanité (j’en vois ici qui diraient que ce serait un moindre mal, mais ce n’est pas la question). Cependant, le traitement de la catastrophe à venir dans les films est généralement le suivant : l’homme essaie à tout prix d’éviter le drame à coups de fusées ou autres missiles, ou bien se prépare au pire, mais souvent cette partie est accélérée. Ici on assiste au déclin de la civilisation au profit d’une élite, ce qui prouve que la nature humaine est ce qu’elle est et de toute éternité. Lorsqu’une membre de cette fameuse élite va décider d’agir contre sa destinée et affronter celle du commun des mortels, l’auteur nous surprend et nous plonge dans ce monde devenu hostile, et même extrêmement dangereux. On tremble pour l’héroïne plus d’une fois, vous voilà prévenus…

Evidemment, vous serez frustrés à la fin, puisqu’une suite est prévue. Mais rassurez-vous, le tome 2 est sorti en format numérique! Et je vous en recommande, comme vous l’aurez compris, la lecture.

Si le thème vous a plu :

Livres :

La nuit des temps de René Barjavel. L’auteur m’a confié avoir été fortement inspiré par ce classique de la SF du 20e siècle. « L’Antarctique. À la tête d’une mission scientifique française, le professeur Simon fore la glace depuis ce qui semble une éternité. Dans le grand désert blanc, il n’y a rien, juste le froid, le vent, le silence.
Jusqu’à ce son, très faible. À plus de 900 mètres sous la glace, quelque chose appelle. Dans l’euphorie générale, une expédition vers le centre de la Terre se met en place. »

Film :

Oblivion de Joseph Kosinski. « En 2077, Jack Harper fait partie d’une opération d’extraction des dernières ressources de la terre. Sa mission touche à sa fin. Dans à peine deux semaines, il rejoindra le reste des survivants dans une colonie spatiale à des milliers de kilomètres de cette planète dévastée qu’il considère néanmoins comme son chez-lui« .

Laissez vous tenter :

L’auteur a sa propre boutique, donc le mieux c’est d’aller l’acheter là-bas, non? Vous pouvez même lire le premier chapitre en ligne.

En plus, si vous achetez le livre format papier, j’ai vu que le format numérique était offert!

C’est ici : https://christophemartinolli.fr/science-fiction/6-apres-l-effondrement-dernier-depart-9781729152744.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s